Témoignage américain sur la guerre en Irak

J’ai fait la rencontre de Carrie, 34 ans, vétérinaire dans l’Oregon, engagée volontaire depuis un an dans l’armée américaine, en poste dans une base arrière en Allemagne et dans l’expectative (avec impatience ?) d’être envoyée au front.


La vie tranquille que menait Carrie à Portland lui était devenue vide de sens. La grandeur de la mission que son pays s’est fixée, celle d’apporter la liberté et la démocratie au monde de la tyrannie et du terrorisme, est telle, qu’elle se transforme en appel intérieur. Comme des centaines de milliers de jeunes Américains âgés de moins de 35 ans, Carrie s’engage volontairement dans l’armée. Les formalités sont réduites au minimum car l’armée est friande de diplômes supérieurs. « Il est préférable de savoir faire la différence : tous les musulmans ne sont pas des terroristes. » Trois mois d’instruction après, Carrie arrive en Europe pour la première fois de sa vie. Elle vit et travaille dans une des arrière bases américaines implantées en Allemagne. Elle ne fréquente que des Américains et quelques militaires allemands « rompus à la culture américiane ». Notre conversation est la première qu’elle entretient avec des Européens, et des Français, ceux qui ont dit non à la guerre en Irak… D’ailleurs la guerre est finie, la présence américaine sur le sol iraquien persistera tant que les Iraquiens ne seront pas capables de se défendre seuls contre le terrorisme. C’est aussi la raison pour laquelle les puits de pétrole sont gardés, pour qu’ils ne tombent pas dans des mains ennemies, celles commandées par l' »evil ». Carrie rêve d’un monde de paix, d’un monde bon où les hommes se tournent vers Dieu. En 2004, elle a vibré, comme la majorité des Américiains, pour G. W. Bush, et se battra pour que les conservateurs remportent encore les élections. La raison principale ? Un soutien public en faveur de la religion dans un pays où pourtant 98 % des personnes se déclarent croyantes (contre 60 % en France dont seulement 5 % pratiquantes).

A la question sur le non français, j’ai suggéré un rapport différent en Europe à la guerre, depuis que nous nous sommes auto-détruits, et une vision différente du bien et du mal. Nous sommes restées plusieurs heures à discuter, moi non plus je n’avais pas eu l’occasion d’échanger avec un militaire américian. « God bless you! » m’a-t-elle lancé en partant.

Notre patriotisme français apparaît par comparaison bien pâle, et la capacité de mobilisation des jeunes français pour une cause nationale qui donne un sens à leur vie, bien faible. Est-ce tout le tribut à payer à la liberté d’esprit ?

7 comments to Témoignage américain sur la guerre en Irak

  • Antonin

    Bonjour Christelle, bonjour à tous,

    Sur le même sujet, et sans vouloir généraliser sur les Etats-Unis et leur prétendu combat pour la démocratie, je porte à votre attention cet article passé inaperçu au coeur de l’été, et qui fait froid dans le dos…quand on envahit un pays au mépris de toute règle internationale au nom de la liberté, la moindre des choses, c’est de sélectionner les troupes qu’on y envoie…

    Antonin

    L’équipée sauvage de cinq GI en procès à Bagdad
    Quatre soldats sont accusés du viol d’une adolescente irakienne, un cinquième du meurtre de sa famille.
    Par Laurent MAURIAC
    Libération : Mercredi 9 août 2006 – 06:00
    New York de notre correspondant

    Accusés du viol collectif d’une Irakienne de 14 ans et du meurtre de sang-froid de toute sa famille, quatre soldats américains comparaissent depuis dimanche à Bagdad devant un tribunal militaire. Celui-ci doit décider si James Barker, 23 ans, Paul Cortez, 23 ans, Jesse Spielman, 21 ans, et Bryan Howard, 19 ans, seront ou non renvoyés devant une cour martiale aux Etats-Unis, où ils risquent la peine de mort. Un cinquième inculpé, Steven Green, 20 ans, a été renvoyé de l’armée en mai pour troubles psychologiques. Arrêté en Caroline-du-Nord en juin et accusé des meurtres, il fera l’objet d’un procès séparé devant une cour fédérale.

    Soirée arrosée. Lundi, un enquêteur a rapporté les aveux de James Barker, qui a reconnu avoir participé au drame dans la nuit du 11 au 12 mars à Mahmoudiya, à 30 km au sud de Bagdad. D’après lui, c’est Steven Green qui avait émis plusieurs fois l’idée de tuer des Irakiens. Au cours d’une partie de cartes arrosée d’un mélange de whisky et de boissons énergétiques, les cinq soldats préparent leur équipée sauvage. Après avoir tapé des balles de golf, ils se dirigent vers la maison de la jeune fille, située à 250 m du poste de contrôle de la circulation qu’ils occupent. Le père, la mère et la benjamine de 5 ans sont enfermés dans une pièce. Les soldats conduisent l’adolescente dans une chambre, la jettent à terre et la déshabillent. Deux d’entre eux commencent à la violer.
    C’est alors qu’ils entendent des coups de feu dans l’autre pièce. Steven Green entre et lance : «Ils sont tous morts, je viens de les tuer.» Green viole alors la jeune fille, maintenue par un autre soldat, avant de l’abattre d’une balle sous l’oeil. Avant de repartir, les soldats mettent le feu pour tenter de maquiller leur crime, qui sera d’abord imputé à des milices irakiennes. Puis ils rentrent à leur poste, où l’un d’eux fait griller des ailes de poulet.
    Sévérité. Révélée fin juin, l’affaire a conduit le Premier ministre irakien, Nouri al-Maliki, à réclamer la levée de l’immunité des troupes américaines et l’ouverture d’une enquête nationale indépendante. Mais Washington a multiplié les assurances sur la rigueur de l’enquête et la sévérité des sanctions si les accusés sont reconnus coupables.
    Hier, la cour militaire a entendu un témoignage sur le stress auquel sont exposés les soldats américains en Irak, une circonstance atténuante qu’invoque la défense. Un stress d’autant plus fort que Mahmoudiya se situe dans «le triangle de la mort», où ont lieu la plupart des attaques des rebelles. «Ça vous rend dingue, a déclaré le soldat Justic Cross. Vous sentez qu’à chaque pas vous risquez de sauter.» Le même témoin a raconté que les soldats se remontent le moral en lampant un sirop irakien contre la toux qui les «fait planer» et apaise l’angoisse. Selon Cross, l’unité à laquelle appartiennent les inculpés est contrainte à de longues rotations dans les postes de contrôle, où ils passent parfois plusieurs semaines sans repas chauds, ni douche, ni contacts avec leur famille et leurs proches.
    Santé mentale. Lundi, le témoignage d’un autre soldat, Justin Watt, appartenant au même régiment que les accusés, montrait l’incapacité de la chaîne militaire à éviter ce genre de bavures. «Je n’ai rien lu qui explique ce qu’il faut faire si vos camarades ont violé et tué une famille», ajoutait Justin Watt, qui a relayé les confidences reçues de l’un des accusés. Autre question posée, celle de la prise en compte de la santé mentale des hommes envoyés se battre en Irak. Steven Green, un petit délinquant qui avait un casier judiciaire, avait déclaré vouloir s’enrôler pour «tuer et blesser beaucoup d’Irakiens». Les médias américains, absorbés par leur couverture du Liban, ne consacrent que peu de place à l’audition et à ces questions.

  • Farid TAHA

    Je suis sidéré de voir cette Américaine "impatiente" d’aller au Front en Irak… Je ne sais ce qu’on leur raconte aux Etats Unis mais ce que nous voyons nous d’ici c’est une indescriptible pagaille. Le cohue dans laquelle ils ont plongé ce pays n’a jamais existé même au temps de la dictature précédente. il n’y a jamais eu autant de morts par jours et d’insécurité que depuis que les américains ont mis le pieds dans ce coin… hé bien si elle est convaincue que son pays apporte la liberté et démocratie je suis par ailleurs très circonspect sur votre absence d’argumentation à ce discours !!

    De plus elle affirme que les soldats américains attendent que les Irakiens puissent se défendre seuls contre le terrorisme un esprit critique l’aurais sans aucun doute interrogé sur la date ou le terrorisme est apparu en Irak ?

  • Christelle de Crémiers

    J’étais totalement opposée à l’attaque des Etats-Unis en Irak et le suis aujourd’hui avec la même fermeté au maintient de leurs troupes sur le sol iraquien. Mes arguments sont frontalement inverses de ceux avancés par la jeune Américaine et incluent entre autres ceux que Farid Taha souligne (merci), l’instauration du désordre, du terrorisme urbain, de la corruption, la souffrance de tout un peuple et le saccage d’une culture multi millénaire. A aucun moment je n’ai cru à l’éventualité de l’existance d’armes « de destruction massive », ne déchiffrant les messages des relations internationales qu’en termes de rapport de forces et d’occupation des ressources naturelles des autres. J’ai débattu de ces arguments très longtemps avant l’attaque américaine en 2003 et souvent depuis, avec des Français, des Européens, des Américains du sud… tous mes interlocuterus se sentant concernés en esprit par ce conflit. Mais dans le cas de Carrie, ce n’était pas en esprit, elle était vraiment concernée, dans toutes les dimensions de sa vie. De nous deux, c’était plutôt à moi d’écouter, de signifier, certes, mon total désaccord sur les soi-disant bienfaits de la présence américaine, mais sans attaquer son choix. La sincérité de Carrie est remarquable à plus d’un égard, comme celle des missionnaires. Ce qui est saisissant c’est le contraste entre la sincérité de sa démarche et les conséquences que nous considérons comme dramatiques.

  • sad

    Je me range totalement de l’avis de Farid Taha, RIEN ne justifie l’occupation d’un pays par un autre surtout quand on évoque de façon majistralement fausse la possibilité d’armes de destruction massive en Irak. Je pense qu’un chérubin en cullote courte à vite fait de comprendre les réelles raisons de cette soudaine envie d’apporter la "démocratie" dans cette région du monde!! Je suis attristée de voir que Carrie soit à ce point crédule. Elle devrait juste parcourir le monde et voir où et comment son pays à en toute impunité saccagé et réduit à "l’esclavage économique" tout une partie du monde. Quand à son engagement il est peut être basée sur une sincère envie d’aider "l’autre" et cette position peut découlée d’une réelle réflextion de sa part. Je me permet toutefois de préciser que pour la majorité des "engagés" les raisons sont toutes autres. En réalités l’armée recrute dans les milieux défavorisés (d’une pièrre deux coups, elle les envoie en première ligne pour combattre et s’ils tombent cela ne fera qu’un futur miséreux en moins pour l’Amérique), nous savons tous les moyens utilisés et les promesses faites a ces jeunes en mal de vivre, quelle belle preuve de liberté et de civilité.
    Bref Honte a Vous Américains qui cautionnaient cette guerre (et les autres) Honte à ceux qui pensent que la vie des milliers d’enfants et de femmes violées ne sont que des "dégats collatéraux" mais necessaires à cette p.. de démocratie. Honte à ceux qui se taisent mort de peur ou morts tout court…

  • geosua

    A qui la faute ?
    Ces soldats tombés par milliers en irak , ces jeunes veuves , les parents qui pleurent leurs morts , pour quelles raisons ?
    les armes chimiques cachés par Sadam et sa clique, contre le terrorisme, est-ce vraiment la vraie raison ?
    Si il n’y avait pas le pétrole, est-ce qu’il y aurait eu cette invasion, personnellement je ne pense pas.Et le terrorisme ne se trouve pas spécialement en irak , c’est une pieuvre et il a des tentacules partout.
    C ‘ est trop facile de vendre des armes, contre du pétrole, et quand on s’apperçoit que le stock devient dangereux , la meilleure façon de le détruire est de faire une guerre.
    Combien d’argent dépensé dans cette tuerie ? cet argent aurait fait le bonheur des pays sous développés, et apporter la nourriture a des gens , qui par milliers meurent de faim. Si ces gens avaient ce qu’il faut pour survivre, il y aurait moins d’esprits révolutionnaires donc moins de terrorisme

  • veridaad

    Pour vouloir partir en guerre,en dehors de son pays et pour des motivations,qui sont pour le moins facile est surement la plus belle des conneries,toi Carrie qui est! je suis sur, une femme charmante, pourquoi ne consacre donc tu pas ton energie à aider les nombreux pays en voix de développement avec leurs enfants malades et en manque d’instructions,qui ont tant besoin de gens instruits comme toi,ne préfère tu donc pas,avoir des médicaments ou des livres dans les mains,plutot qu’une arme.
    Une femme est conçu pour donner la vie,pas pour l’enlever Carrie

  • Résistance17

    @farid @ Christelle
    Le terrorisme en Irak? il est sans doute apparu avec les kurdes? c’était du moins le discours officiel avant l’arrivée des américains… C’est vrai aussi qu’il n’y a jamais eu de massacres et de pillages avant l’apparition des américains là bas. C’était un petit paradis démocrate il y a 15 ans encore… du moment que l’on possédait la carte du parti au pouvoir.
    Les arguments francais contre la guerre en Irak ne relevaient pas du soutien à un régime mais du type " vous ne savez pas ou vous mettez les pieds, et l’enfer est pavé de bonnes intentions".

    Je m’étonne qu’une démocrate puisse chanter les louanges du régime Irakien de Hussein.

Leave a Reply

You can use these HTML tags

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>