Les banlieues et le « modèle français »

En cette période électorale, les analyses et les propositions des futurs candidats sont nombreuses pour répondre aux interrogations des Français sur ces banlieues qui brûlent. Tandis que certains attisent la peur et prônent la méthode dure, d’autres, ou encore les mêmes, vantent les mérites de la discrimination positive. Du côté du gouvernement, le Premier Ministre nous assène une liste de chiffres interminable, censée montrer l’activisme en faveur des banlieues. Mais du côté des prétendants, comme du côté de ceux qui sont au pouvoir, la question de la viabilité du modèle d’intégration français reste non résolue : il est ignoré ou attaqué, mais pas défendu. Et pourtant…


C’est vrai, les violences infligées aux policiers, aux machinistes, à tous ceux qui portent un uniforme et qui représentent la République Française montrent bien que quelque chose a échoué dans l’intégration. C’est vrai, 140 (!) zones de non-droit sur notre territoire est intolérable, c’est un véritable désavoeu des politiques publiques. (Je développerai dans un prochain billet). Pour faire court, trente années d’aménagement du territoire irresponsable mais d’une étonnante continuité malgré une douzaine d’alternances politiques, ont coupé de leurs racines deux générations d’enfants et de petits-enfants sans pour autant leur en offrir d’autres en échange. A partir de là, si l’on veut répondre à la violence par de la violence, médiatisée en plus… ce n’est plus qu’une histoire d’escalade.

Mais faut-il pour autant jeter le bébé avec l’eau du bain ? Certes, il n’y a que chez nous que les voitures brûlent. La presse étrangère s’est bien empressée de le souligner. Dans les autres banlieues, les banlieues anglaises ou américaines, les habitants ne brûlent pas les voitures. Ils s’entre tuent. Le communautarisme poussé à l’extrême, sur les plans culturels, religieux, civilisationnel, mais dans un espace réduit, importe les conflits des territoires d’origine, et même les exacerbe. Nous n’avons à regretter aucun crime inter-ethnique dans nos banlieues ni pendant les émeutes de 1993, ni pendant celles, les plus importantes jamais produites, de 2005. Le nombre de crimes inter-ethniques est arrivé à un tel degré de danger en Grande-Bretagne, que nos voisins anglais ont décidé d’étudier le modèle français comme un barrage aux dérives du communautarisme.

La discrimination positive est une excellente initiative des Américains pour les Américains. Pour ce pays, où la discrimination raciale a été réglementée, il était nécessaire de réglementer à son tour une « dé-discrimination » raciale. Mais nous, Français, nous avons écrit depuis plus de deux siècles que tous les hommes naissent égaux en droit quelles que soient leur origine, leur religion, etc…… nous n’avons pas besoin d’une autre loi, nous avons seulement besoin de l’appliquer. Ceux qui appellent de leurs voeux la discrimination positive institutionnalisée sont de fait étrangers à la tradition républicaine française.

Le combat contre le racisme et toute forme de xénophobie, le combat pour l’application de la loi, doit encore se renforcer.

4 comments to Les banlieues et le « modèle français »

  • Barnaby

    Les zones de non droit sont bien plus nombreuses en France.
    Le combat contre le racisme et toute forme de xénophobie doit concerner aussi ceux qui viennent de pays vivre en France; des gamins (?) de 13 ans qui jettent des cailloux à 2 jeunes filles dans un lycée parce qu’elles mangeaient un sandwich en pleine journée, (début de lapidation) est-ce une façon de s’intégrer dans un pays laïc à tradition judéo-chrétienne ou est-ce la faute à "comprendre la différence"? l’intégration demande des efforts pas uniquement de l’Etat qui acceuille ces familles.
    la responsabilité des parents est rarement pointée du doigt, et encore moins sanctionné pourtant… Il y a + de 12 ans, on en parlait déjà, Mme Weil avait milité contre toute sanction infligée aux parents…

    Les forces de l’ordre avaient déserté les cités depuis 25 ans quand elles y retournent "certains" n’aiment pas. Savez-vous combien gagne un guetteur de 13 ans pour les dealers : 900 E par jour !

  • Sabine

    Bonjour!

    Je m´appele Sabine et je suis d´Allemagne.
    À cause d´actualité des violences, de la xenophobie et de la racisme en France je suis très intéressé d´en savoir plus sur cette thème! Est-ce que vous pouvez me envoyer des informations? Mon adresse: Marzipanisch@web.de

    Merci beaucoup!
    Sabine

  • Résistance17

    intéressant ce sujet

  • fabert

    "Tous les hommes naissent libres et égaux en droit" Quelle connerie ! Il y a deux sortes de droits : Le droit naturel qui est une foutaise : Le lion a-t-il le droit de bouffer la gazelle ; avons nous le droit à la vie nous qui mourons tous ? Et le droit positif, la loi, contrat entre les hommes qui n’est rien d’autre que la formalisation d’un rapport de force. Il y aurait gros de viande de financiers s’il n’y avait une police et une armée pour calmer le jeu. Non seulement les politiques parlent la langue de bois mais encore, ils manient des concepts creux !
    ausecoursonnagededans.blo…

Leave a Reply

You can use these HTML tags

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>