« Le phénomène Bayrou »

Telle est l’appellation d’origine contrôlée de Claude Guéant, directeur de campagne de Nicolas Sarkozy, qui a mis en place hier une cellule d’observation et d’analyse stratégique sur François Bayrou.


De leur côté, les socialistes ont déjà depuis un mois diffusé une note argumentaire, bien estampillée à la rose officielle, pour convaincre que « Bayrou est à droite », ce qui, en langage traditionnel socialiste, signifie qu’il est un ennemi.

Mais ces mesures sont largement insuffisantes par rapport au danger que François Bayrou représente pour les tenants de l’ordre politique traditionnel. Bien sûr, le centriste se bat sur le plan programmatique habituel. Il vient notamment de dévoiler son programme économique pour une social-économie élaboré avec des experts et hauts fonctionnaires de gauche et des intellectuels libéraux. Mais il se bat surtout sur un plan entièrement nouveau en proposant un autre clivage politique que celui qui s’imposait comme une évidence incontestable, le clivage gauche-droite. Il explique que la séparation en deux camps de la politique est en France un reliquat démodé de l’ordre qui régnait pendant la guerre froide. Aujourd’hui, la seule raison au maintien de ce clivage est l’intérêt personnel d’une classe politique qui date dans son ensemble d’avant la chute du mur.

Il me semble que la déclaration de Ségolène Royal résume parfaitement la pesanteur passéiste des deux camps : « ‘Maintenant, j’ai avec moi la meilleure équipe qui soit. Le temps est venu de la confrontation directe, indispensable, avec la droite. »- dit-elle après avoir rassemblé ce qui ressemble beaucoup à un gouvernement que les Français ont connu il y a dix ans.

2 comments to « Le phénomène Bayrou »

  • Eric MIELKE

    Bonjour Christelle, en lisant le JDD de ce dimanche qui traitait des législatives à Paris, ton engagement a été cité;
    bonne chance et à très bientôt
    Amicalement
    Eric

  • Héloïm Sinclair

    Bonjour,

    J’ai fait un billet, "5ème pouvoir, engagement politique et bouleversement de l’échiquier avec François Bayrou"

    François Bayrou, avec son parcours où il s’est appuyé sur internet pour montrer sa franchise et sa volonté de changer les choses, autour d’un diagnostic partagé comme méthode, est en phase avec l’esprit de la blogosphère. L’UDF n’est pas grande chose, structure dépassée qui n’est plus qu’une couleur (orange), n’apparaît pas comme un grand parti de gouvernement où l’on fait tourner la machine à promesses (le changement en façade avec les mêmes aux manettes). François Bayrou répond à la demande du 5ème pouvoir, qui désire que l’on arrête de prendre l’électeur pour un idiot, une fois de plus. Ce n’est pas un hasard s’il est en tête des sondages de la blogosphère depuis de nombreux mois (sur agora vox et ailleurs).

    heloim.sinclair.over-blog…

Leave a Reply

You can use these HTML tags

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>