Fin de campagne de premier tour

Quel aura été le thème de cette campagne pas comme les autres ? Sans conteste, le thème de la fracture sociale s’était imposé en 1995 et celui de la sécurité, en 2002. Alors que pendant cette campagne on a vu une série de thèmes éclore, intéresser et puis passer : les connivences entre l’argent et le media, l’immigration et l’identité nationale, les émeutes de la Gare du Nord, la suppression de l’ENA, même les bourdes de Ségolène ont fini par passer.


A la fin de cette campagne il me semble bien qu’il n’y a qu’un thème qui se soit imposé avec force pendant les trois derniers mois. C’est un thème qui a été repris par tous les candidats, car tous les candidats sont obligés de parler DU thème de campagne quand celui-ci s’impose.

Ils le subissent, ils l’amplifent, ils le dénigrent, mais ils en parlent : tous les candidats ont pris position sur le thème des identités politiques de droite et de gauche. A l’extrême gauche pour rappeler que les socialistes ne le sont plus, à l’extrême droite pour se réclamer du centre droit (!), à l’UMP pour récupérer les électeurs du Front National tout en se disant héritiers de Jaurès et Blum, au PS en brandissant le drapeau national, et les idées « bien-pensantes » de droite, au centre, enfin… Au centre surtout. Ce qui frappe en premier, c’est l’émergence d’un centre politique, non pas un centre-droit, non pas un centre-gauche, mais bien une candidature du centre. Ensuite, c’est l’émergence d’un nouveau message simple : le mur de Berlin est tombé, le clivage gauche/droite n’est plus une obligation intangible. Des hommes et des femmes venant de la droite, du centre et de la gauche peuvent travailler ensemble.

Lorsqu’on demande à François Bayrou avec qui il souhaite travailler, ses réponses sont bien moins évasives que celles de Nicolas Sarkozy qui devrait composer avec le Front et qui a promis à Marine Le Pen d’entrer au gouvernement ou que celles de Ségolène Royal qui devrait composer avec des trotskistes révolutionnaires en plein XXIe siècle.

Comme à chaque campagne, le thème qui finit par s’imposer est juste. Celui de cette campagne correspond à la fin d’une ère, la fin de l’ère Mitterrand/Chirac qui aura duré 26 ans, et sept alternances, avec pour le reste une remarquable continuité. Le débat gauche/droite était finalement celui de ces deux hommes qui orchestraient la valse des pouvoirs. Maintenant sans eux, les fondamentaux ont disparu. On essaie par la force de l’habitude de s’accrocher encore à cette vision moit’-moit’ de la France, mais quelque chose nous dit que ce n’est plus ça. Ce n’est déjà plus ça d’ailleurs depuis que l’un des deux a disparu du combat en 2002. Le résultat de l’élection 2002 montre déjà que ce vieux clivage droite/gauche commence à perdre de son influence. Deux hommes en tireront des leçons inverses : Nicolas Sarkozy décidera de récupérer les voix du Front National et François Bayrou, comprenant qu’il s’agit déjà du chant du cygne du clivage droite/gauche, décidera de proposer un vote anti-système mais républicain.

Comme à chaque campagne, c’est celui qui impose le thème de campagne qui gagne. François Bayrou sera le président qui rassemble la France. Le 22 avril votez Bayrou !

5 comments to Fin de campagne de premier tour

  • Résistance17

    Marine Le Pen au gouvernement : c’est un scoop? une opinion? une manoeuvre de plus pour tuer tout débat et diaboliser un autre candidat? De toutes les façons, on a une chance sur 4 d’avoir la réponse avant les législatives et de vous demander vos sources…

    D’une façon générale je suis très déçue de cette façon qu’a votre candidat de faire campagne le nez sur les sondages. La posture anti système de M. Le Pen fait effectivement de l’audimat et probablement des votes mais ce n’est pas cela la politique. Insulter C. Chazal en direct fait monter vos sondages donc vous recommencez dès que l’occasion s’en présente.
    En l’emportant demain vous briserez un peu plus le ciment de la République parce que vous avez légitimez la forme des discours extrémistes! Alors vous allez me dire et Nicolas Sarkozy et l’identité nationale et l’immigration. Nicolas Sarkozy s’attaque lui aux racines de ce qui fait souffrir de nombreux francais. Son discours a toujours été républicain en acte et en discours. La campagne des média contre lui et particulièrement de Marianne qui est en train grâce à lui de sauver son année ne trompe pas grand monde, même le Novel Obs a jugé cette campagne diffamatoire.
    Je ne pense pas que S Veil ou Giscard soit des dictateurs pourtant c’est à vous qu’ils font les reproches de dangerosité. Là vous allez me dire " ce sont des vieux machins", soit dit en passant Rocard à qui vous proposez déjà des alliances avant le vote de dimanche n’est pas tout jeune non plus…. D’ailleurs si ces vieux machins de votre partie vous avez soutenu ils seraient devenu des parengo de sagesse. Là ils sont raillés, méprisés tout comme Santini, Blanc… comment ferez vous pour dégager une majorité si vous n’êtes pas même capable de discuter avec vos fondateurs?

  • yoann

    la fin de l’ère Mitterand / Chirac ce n’est pas un thème cela ! finalement il n’y a aucun thème qui s’est imposé , la france a peur , peur de prendre une décision, peur de choisir alors puisque les hommes politique sont éblouis vive la répubique citoyen !

  • Christelle de Crémiers

    Il y a deux positions pour les centristes, deux positions qui se valent mais qui sont irréconciliables : soit le bipartisme politique et donc le courant centriste français DOIT appartenir à l’un ou l’autre camp – c’est la position de Giscard, de Robien… – soit ce courant DOIT être indépendant et donc le bipartisme doit être brisé, ce qui est la position révolutionnaire de Bayrou… et le thème de la campagne.

  • Resistance17

    Si le choix est philosophique et indépendant pourquoi ces appels du pied vers Straus Kahnet Rocard…En fait M. Bayrou vise la défaite de la gauche et s’est choisi un supplétif, le PS, et un diable, l’UMP.

  • kelly

    la france a encore une fois de plus demontrer quelle est une terre de démocratie, de part le taux de participation chacune des française et chacun des français ont exprimé leur ras le bol sinon la droite devait sortir avec un score meilleur que 30% pour un parti qui a plus d’une decenie au pouvoir et je dis bravo segolene le moment est venu de convaincre plus vous avez les moyens et les capacités.

Leave a Reply

You can use these HTML tags

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>